Visible et invisible

L’invisible est d’abord ce qui ne se voit pas. C’est agissant, au même titre que ce qui se voit.

Nous pouvons expérimenter, ressentir et parfois nommer l’invisible.

Les odeurs, les ondes, les courants d’air, les humeurs, les souffles, les émotions…sont autant de fils intangibles qui relient ce qui est visible avec ce qui l’est moins. Les promesses, les défis, les mémoires et les secrets inscrits dans notre ADN énergétique…se calent parfois « ni vus ni connus » sur nos chemins de vie en prenant corps dans nos modes de faire et dans nos lieux.

Des approches globales alliant visible et invisible

Le lieu révèle une part de visible. En effet, ses façades architecturales, ses murs, sa toiture, sa décoration, en témoignent. Mais, il suggère aussi une part d’invisible. Son ambiance l’exprime. Ainsi, ses potentiels et ses dissonances physiques et énergétiques entrent en résonance avec les personnes qu’il abrite.

L’étude Feng Shui débute bien en amont de celle du diagramme (carte énergétique) du lieu. La qualité de son environnement, de son architecture, la disposition des pièces et des meubles font partie de l’étude des formes. Les signes plus subtils suggèrent aussi des choses. Il peut s’agir par exemple, lors d’une visite, d’un chat « squattant » un recoin ou un escalier sans sourciller, d’un oiseau ou d’une coccinelle s’invitant par une fenêtre ouverte. Mais aussi d’une maison difficile à localiser, de clés perdues, d’un portail qui grince, d’une fuite d’eau, d’une marche qui fait perdre l’équilibre, d’une prise de mesure magnétique instable, d’une émotion qui vibre dans le cœur, d’un frisson, et de tant d’autres.

Invisible Feng Shui Rose

Une personne amalgame une part de visible et d’invisible. En effet, Son corps physique et sa manière de se vêtir, se dévoilent au premier regard. Conjointement, ses cheminements personnels, son âme, ses défis et ses épreuves, s’expriment dans un plan plus subtil. Ainsi, ses potentiels et ses freins énergétiques induisent une alternance d’expériences variées. Et, ces expériences sont des étapes de maturations, d’assimilations, de transformations et d’avancées significatives. La personne entre en cadence yin/yang avec l’espace (décodé par le Feng Shui) et le temps (décodé par le BaZi). L’étude BaZi débute en amont de celle du diagramme de la personne, en repérant les synchronicités qui se nichent subtilement dès le premier contact.

Le praticien est un médiateur, un interprète, ils traduit les signes visibles et invisibles en cherchant les interstices où se nichent du sens.

Une chance d’éclairer la conscience de l’invisible

Les demandes de consultations émanent souvent d’une situation difficile. Une situation difficile est difficile. Ce pléonasme devient quelquefois un constat à l’allure inextricable dans lequel la personne aurait tendance à s’embourber. Cependant, il est intéressant de se demander ce que cette situation d’enlisement (visible et invisible) a à dire. Certes, Le ralentissement est laborieux et difficile à vivre. Mais il permet de prendre de l’élan pour la suite à condition que nous nous ouvrions à la possibilité de saisir la situation comme « une chance » consciente pour faire autrement.

Ma pratique quotidienne des arts stratégiques chinois anciens intègre le tout où s’embrassent et dansent ensemble visible et invisible. Je reste optimiste et enjouée de voir des actes, des décisions, des postures adoptés en conscience. En effet, lorsque l’invisible devient lisible, la situation et les solutions s’éclairent. Dans le maillage d’une vie, faire bouger une ligne décale les autres.

Une pratique qui a du sens

L’entame d’un rendez-vous Feng Shui lors d’un projet de construction mène souvent à des questions qui semblent éloignées du sujet. Cependant, même si elles peuvent surprendre, elles font partie intégrante des pistes réflexives. Où avez-vous prévu de mettre le potager…bio ? Quels sont les moyens que vous allez mettre en place pour être autonomes en énergie(s) et respectueux de l’environnement ? Etc.

Selon la même intention d’efficacité, les réflexions liées aux espaces professionnels s’invitent régulièrement au début du rendez-vous. Alors que entreprise consulte « seulement » pour une problématique de rentabilité. Où se trouve la salle dédiée au personnel ? Dans quelle mesure pouvez-vous donner une direction plus responsable sur vos process ? Etc.

Évidemment, la suite de l’échange intègre les conseils d’optimisation issus de l’étude énergétique (visible et invisible) du lieu en lien avec la problématique ou l’enjeu.

Ma démarche s’oriente de la même manière lors d’une consultation BaZi. Les constats initiaux étonnent quelquefois lorsque je nomme immédiatement les forces que la personne a la possibilité de déployer pour être utile au monde, alors qu’elle consulte pour un autre sujet. Évidement l’étude se calera ensuite sur ses questionnements personnels et les pistes à explorer pour maximiser sa vitalité, valoriser ses objectifs, avancer dans la résolution d’une problématique, etc.

Cette démarche introduit du sens pour ceux qui s’intéressent au décodage des tendances invisibles nichées dans le visible. C’est en effet un ajustement cohérent offrant une longueur d’avance au service de la longévité.

Un lieu qui porte un projet de vie intime et/ou professionnel est efficient à titre individuel et collectif. La personne ressourcée est connectée avec ses forces et ses responsabilités, sur son chemin de vie. Alors, le cumul efficient de forces individuelles rayonne au-delà de l’intérêt personnel.

Liens invisible BaZi - Feng Shui

l’interconnexion des sagesses anciennes

Au-delà d’une apparence complexe, présentée quelquefois comme une pratique purement intellectuelle, ou au contraire comme une technique purement « perchée », les techniques liées au temps et à l’espace, pratiquées raisonnablement, allient visible et invisible efficacement. Elles allient la sensibilité et la technique élaborée. Les signaux subtils entent alors en résonance avec les chiffres du diagramme du lieu, avec les animaux et les éléments du diagramme de la personne. Cette approche globale fait sens. L’objectif étant d’accueillir et d’intégrer de nouvelles informations pour encourager la souplesse des actions et des postures.

Ces techniques liées au temps et à l’espace ont étés développées au fil des siècles, par des personnes qui savaient lire le couplage du ciel (invisible) et de la terre (visible). En effet, ils observaient la nature, le soleil et la lune, le rythme cyclique des saisons, le langage des animaux, la configuration des terrains, la nature des flux.

La conjoncture actuelle a mis à jour des fonctionnements individuels et collectifs obsolètes. Mais aussi des pratiques vertueuses engagées. Elle nous propose ou nous impose de lâcher un modèle formaté qui n’a plus lieu d’être. Elle engage notre responsabilité de construire physiquement et consciemment du sens. Encourager des actes vertueux et adopter des postures connectées au présent donne une chance à l’avenir d’advenir de la meilleure manière possible.

La situation favorise une (re)connexion respectueuse à notre environnement au sens large. Elle nous enseigne la portée d’un acte (visible), d’une décision, d’une cohérence (invisible) sur l’avenir. Mais cela, les sagesses anciennes le savaient déjà !

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.