Chance(s) et pensée chinoise

La cosmologie chinoise décrit 3 chances, la chance du ciel, la chance de l’homme et la chance de la terre.

En haut se trouve le ciel, en bas la terre, l’homme se situe au centre, entre le ciel et la terre.

Cette notion peut paraitre complexe à appréhender, en réalité c’est assez simple avec l’éclaircissement des concepts décrits par ces mots.

chances ciel homme terre

La chance, un alignement de forces

Dans la vision occidentale, la notion de chance est généralement perçue comme ce qui nous arrive sans que nous en soyons responsable : « cette manière de voir les choses étonne beaucoup les chinois, pour eux la « chance » n’est pas un don du ciel mais le résultat d’une observation patiente et efficace de la configuration d’une situation momentanée, de manière à pouvoir y intervenir de la manière la plus efficace qu’il soit. » Cyrille J-D Javary.

Provoquer la chance n’est pas le fruit du  hasard mais l’alignement de forces qu’il convient d’identifier : « la chance est ce qui arrive quand la préparation, coïncide avec l’opportunité » Sénèque.

La chance du ciel

Le Bazi ou 4 piliers de la destinée (astrologie chinoise) décrit la chance du ciel à travers les métaphores liées aux 5 éléments. Cet art ancestral chinois identifie notre manière d’envisager le monde. Il s’agit de filtres de notre conscience au travers desquels nous interprétons la réalité. La manière dont nous nous percevons et celle dont nous percevons les événements, les situations et les autres. Notre interprétation personnelle  oriente nos actions et donc notre vie.

La chance du ciel est l’étude de la trame énergétique d’un individu définie selon sa date et son heure de naissance. La chance du ciel est un système dynamique. En effet, la trame énergétique individuelle est soumise aux influences énergétiques des différents moments (périodes de vie, années, mois, jours, heures.).

Le Bazi nous invite donc à accroitre la conscience de ce que nous sommes.

La chance de l’homme

Ce que fera l’homme dépendra de sa décision de mettre en œuvre ses actions. La chance de l’homme réfère à sa notion de libre arbitre, de responsabilité, à sa capacité de prendre des décisions justes.

L’homme se situe entre le ciel et la terre. Ainsi, une partie de la réalisation de son potentiel est éclairée par sa manière d’envisager les choses au travers du temps (ciel). L’autre partie dépend du soutient que peuvent lui apporter les lieux (terre) en potentialisant ses actes.

Cependant c’est lui seul qui choisit son propre chemin. C’est donc son implication qui lui permettra d’accéder à l’équilibre plutôt que de subir le déséquilibre. Ce sont ses actes avisés qui lui offrirons la capacité de saisir plus aisément les opportunités et celle d’apprivoiser ses faiblesses. L’alignement des lignes de forces temporelles (ciel) et spatiales (terre) optimales permettent à l’homme de se réaliser en économisant sa vitalité. Il en va de sa responsabilité. « Nous sommes, dans ce que notre vie a de plus privé et de plus suggestif, non seulement les victimes, mais aussi les artisans de notre temps. Notre temps – c’est nous » Carl Gustave Jung.

La chance de la terre

La chance de la terre est étudiée par le Feng Shui. L’examen de la carte énergétique du lieu (dont l’interprétation est liée à l’environnement extérieur) nous renseigne sur les possibilités de soutenir nos objectifs. Identifier et comprendre le contexte spatial permet de prendre conscience de la résonance énergétique qu’il peut y avoir entre un individu et un lieu.

Soutenir et accroitre sa vitalité, déployer ses efforts sans s’user en s’appuyant sur les lieux est ce que propose le Feng Shui. Élaborer une alliance judicieuse avec les lieux. Les préconisations d’agencement visent à impulser un changement favorable vers la résolution de problématiques liées à la configuration spatiale.

Le ciel, l’homme, la terre

L’individu n’est donc pas considéré simplement comme étant tout puissant. Il détient une certaine force décisionnelle. Mais il est avant tout perçu comme faisant partie intégrante d’une équation, d’un ensemble, d’un processus. L’homme s’insère au cœur d’une équation à plusieurs variables.

Il pourrait sembler complexe de penser que le temps qui passe, que notre trame énergétique personnelle et que l’espace dans lequel nous évoluons puissent effectivement véhiculer des courants énergétiques efficients.

chance connexion

Accorder des qualités énergétiques aux individus, aux moments et aux lieux peut sembler être bizarre, farfelu pour certains. Évidemment, nous ne sommes pas formatés naturellement pour penser de cette façon. Cependant nous ne pouvons pas prétendre avec une vérité absolue que partout et tout le temps, nous agissons de la même manière. Nous ne pouvons pas prétendre que nous ressentons les mêmes choses ou encore que nous percevons les choses d’une manière identique à celle des autres.

Tisser des liens

Lorsque nous essayons de faire le lien entre les ressentis, les lieux et les moments, la difficulté réside à donner un sens tangible. Sans preuves visibles à l’œil nu, il est difficile de considérer que les lieux et les moments puissent effectivement être agissants. Les lieux et les moments entrent en résonance avec ce que nous sommes.

Il existe des lieux qui nous attirent, et d’autres qui nous tiennent à distance. Lors de certaines périodes, (heures, jours, années, etc.) nous nous sentons davantage en forme, légers, joyeux. Il y en à d’autres durant lesquelles nous nous sentons entravés, fatigués, agités, contrariés. Ainsi nous aurons le réflexe ou davantage l’intuition de dire «  je n’étais pas au bon endroit, ce n’était pas le bon moment ». A l’inverse nous pourrons dire : « j’ai eu de la chance, j’étais au bon endroit au bon moment ».

Il s’agit donc, dans ce mode de pensée d’un système dynamique ou la chance de l’homme (ses actes), la chance du ciel (notion temporelle) et de la terre (notion spatiale) sont unies.

Chance terre ciel osier

L’étude de l’alliance de ces chances offre des avantages considérables. L’avantage de déterminer où se situe l’équilibre énergétique optimal individuel, mais aussi celui d’accroitre la possibilité de mettre en œuvre les projets en optimisant le contexte environnemental.

Ces techniques permettent d’éclairer nos modes de fonctionnement, nos relations aux autres. Elles permettent de tisser des liens invisibles chargés de sens entre les lieux, les évènements, les actes, les choix, les efforts engagés et la situation.

Ces connaissances liées au contextes spatiaux et temporels nous permettent d’ajuster à bon escient nos postures. Elles nous permettent d’identifier les lignes de forces sur lesquelles s’appuyer.

S’appuyer sur ces lignes de force est efficace. Quelquefois, avoir la sagesse de patienter lorsque les conditions ne sont pas favorables est tout autant efficace !

La chance du ciel, de l’homme et de la terre : une étude personnalisée

L’étude de la chance du ciel (Bazi) associée celle de la chance de ta terre (Feng Shui) est sur mesure pour chaque individu. Il ne peut pas y avoir de généralités. En effet, nous sommes aux antipodes des formes simplifiées ou  dites « occidentalisés » du Feng Shui.

L’interaction dépend de plusieurs variables. Chaque moment est différent, chaque personne est différente, chaque lieu est différent. Il en découle logiquement que chaque interaction sera différente. Quand ? Qui ? Où ? Il existe donc une multitude de possibilités. Plus nous sommes informés des possibilités, plus nous avons connaissances des mécanismes à l’œuvre en nous, chez nous, plus nous bénéficions d’une latitude décisionnelle efficiente.

factoriser la chance prend du sens

Ces techniques ancestrales chinoises sont de formidables et puissants outils pour apprendre à mieux se connaitre en améliorant la vi(e)talité. Elles sont efficientes pour l’optimisation de la réalisation personnelle.

Ces arts chinois sont issus de minutieuses observations expérimentales depuis plusieurs siècles. Mais elles sont au service d’ici, de maintenant et de demain !

L’intérêt n’est pas de prévoir avec une certitude absolument exacte des évènements. Il s’agit, plus humblement, d’identifier les mécanismes à l’œuvre, les tendances.

Identifier les tendances afin de tirer le meilleur parti de la propension des évènements pour provoquer des synchronicités.

La notion de chance, telle qu’elle est envisagée par la pensée chinoise prend du sens !

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.